Accueil du site de l'Institut Supérieur des Métiers

Avec le soutien de :

MEIEDGCIS
Retour a l’Accueil > Nos études > Liste des études > La stratégie des grandes enseignes alimentaires en centre-ville : enjeux et conséquences pour les métiers de bouche
Entete

Liste des études

La stratégie des grandes enseignes alimentaires en centre-ville : enjeux et conséquences pour les métiers de bouche


 


Consulter le rapport d'étude, juillet 2014

Consulter le projet d'étude, 24 octobre 2012


Objectifs

L’Institut Supérieur des Métiers conduit, à la demande de la Confédération Générale de l’Alimentation en détail, et avec l’appui de la Direction Générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services, une étude sur « Les grandes enseignes alimentaires sur le marché de la proximité : enjeux et conséquences pour les métiers de bouche ».


En effet, depuis 2005, on constate une évolution de la stratégie des grandes enseignes de distribution alimentaire : pour s’adapter à la complexification des comportements de clients, et pallier la baisse de rentabilité des hypermarchés, elles investissent chaque segment de marché, notamment le marché de centre-ville, par la création de nouveaux « formats de proximité ».


La présence des grandes enseignes en centres villes n’est certes pas un phénomène nouveau (notamment pour les groupes Casino/Monoprix et Carrefour). Toutefois, une synthèse documentaire réalisée en 2012 par l'Institut Supérieur des Métiers montre que cette présence devrait se renforcer dans les prochaines années, en réponse à une mutation profonde du marché de l’alimentation :

  • saturation du marché des grandes surfaces (même si les ouvertures se poursuivent), image en baisse et baisse de rentabilité des hypermarchés
  • développement de nouveaux formats et circuits de distribution (hard discount, présent en centre-ville), e-commerce
  • impact de la crise économique (baisse de fréquentation des centres commerciaux)
  • vieillissement de la population, éclatement des cellules familiales et baisse du volume des achats
  • simplification des repas, hausse de la consommation nomade et du prêt à consommer
  • recherche accrue de proximité, de praticité (moins de temps consacré aux courses), de lien social, et de services de la part des consommateurs
  • évolution de la réglementation (LME), facilitant les installations des formats de moins de 1000m2
  • ….

Ces formats de proximité sous enseigne sont souvent concurrents de l’artisanat et du commerce alimentaire indépendant, mais l’impact de ces ouvertures n’a jamais fait l’objet de travail d ‘enquête à ce jour. Aussi, la présente étude vise à analyser les retombées économiques de ces nouveaux formats de proximité sur l’activité des artisans et commerçants alimentaires traditionnels. L’objectif sera de mesurer si le commerce sous-enseigne a un effet locomotive ou défavorable pour les entreprises de métiers de bouche, cela en fonction de la localisation, de l’activité et de la dynamique commerciale du point de vente.


Champ de l'étude et échantillon

Ouverture de commerces alimentaires sous enseigne


Une analyse géo-marketing a permis d'identifier les quartiers d'ouvertures de magasins alimentaires sous enseigne (supérettes, supermarchés, discounts) dans les agglomérations urbaines de plus de 10.000 habitants : 659 ouvertures ont ainsi eu lieu entre 2008 et 2010, pour moitié dans les centres-villes, pour l'autre dans les quartiers d'habitation ou de bureaux de l’agglomération.


Artisans et commerçants de bouche localisés dans les quartiers d’ouverture


12% de l’ensemble des entreprises artisanales et des commerces alimentaires indépendants sont localisés dans ces quartiers d’ouverture et ont été potentiellement impactés. Les secteurs d’activités concernés sont les suivants :


Activité

Code NAF

Boucherie (Commerce de détail de viandes et produits à base de viande en magasin spécialisé)

47-22Z

Charcuterie

10-13B

Commerce de détail de poissons crustacés et mollusques en magasin spécialisé

47-23Z

Boulangerie et Boulangerie pâtisserie

10-71C

Pâtisserie

10-71D

Cuisson de produits de boulangerie

10-71B

Fabrication de glaces et sorbet

10-52Z

Chocolaterie Confiserie (fab. de cacao, chocolat et de produits de confiserie)

10-82Z

Commerce de détail de fruits et légumes en magasin spécialisé

47-21Z

Commerce de détail de pain, pâtisserie et confiserie

47-24Z

Commerce de détail de boissons en magasin spécialisé

47-25Z

Autres commerces de détail alimentaires en magasin spécialisé

47-29Z

Commerce d’alimentation générale

47-11B


Hypothèses


L’impact de ces ouvertures sur les artisans et commerçants des métiers de bouche diffèrerait :

  • selon l’activité et la dynamique économique des entreprises
  • selon la taille des agglomérations urbaines
  • selon la structure socio-démographique des quartiers et le pouvoir d’achat des riverains.


Méthode proposée et calendrier 2013

L’objectif en 2013 est de sélectionner 25 sites d’ouvertures représentatifs et d’enquêter les artisans et commerçants des métiers de bouche localisés en proximité (soit environ 600).

L’enquête est programmée sur les 2e et 3e trimestres 2013.

Les résultats devraient être diffusés fin 2014.