Accueil du site de l'Institut Supérieur des Métiers

Avec le soutien de :

MEIEDGCIS
Retour a l’Accueil > Publications > Ouvrages > L'artisanat et la prospective : Bilan d'une démarche des Chambres des métiers

Ouvrages

L'artisanat et la prospective : Bilan d'une démarche des Chambres des métiers


Date : Septembre 2003 Auteur : ISM Collection : Etudes
Nombre de pages : 80 Prix : 20 €
 

L'étude porte sur la démarche prospective engagée par les TPE artisanales et s'appuie sur une expérience menée par les Chambres régionales de métiers en 1998 et 1999 à l'occasion de l'élaboration des contrats de plan Etat-régions : explorations prospective et stratégique pour identifier les principaux enjeux de l'artisanat à l'horizon 2006, et pour imaginer et identifier les pistes d'actions ; identification des conditions d'une bonne pratique qui repose sur un processus de connaissance et de mobilisation et sur une coproduction entre les participants et les accompagnateurs ; évaluation de la pertinence et apport de cette expérience. Annexes. Bibliographie.


Résumé

La prospective stratégique est une discipline principalement réservée aux organisations de taille importante. Ces démarches sont consommatrices d’argent et de temps. Les outils et les méthodes employés ne sont pas adaptés à la réalité de la PME, encore moins à celui de la TPE artisanale. Idées reçues ou réalité ?


Ce cahier de recherche apporte quelques éléments de réponse à ces questions, à la lumière d’une expérience pilotée conjointement par l’Institut Supérieur des Métiers et des experts prospectivistes pour accompagner la réflexion de chambres de métiers à l’occasion de l’élaboration des contrats de plan Etat-régions 2000-2006.


Il prend appui sur les résultats d’une quarantaine d’ateliers de prospective stratégique organisés avec le concours et la participation des Chambres de métiers de Rhône-Alpes, Seine-Maritime, Centre, Limousin, Auvergne, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ile-de-France et Aquitaine.


Ce cahier de recherche a été publié dans la collection "Travaux et recherches de prospective" éditée par Futuribles-International (n° 18, septembre 2003) avec le concours du Laboratoire d'Investigation en Prospective, Stratégie et Organisation (LIPSOR), la Délégation à l'Aménagement du Territoire et à l'Action Régionale (DATAR) et le Commissariat Général du Plan.


La prospective de l'artisanat en régions : un champ d'analyse peu exploré

L'exercice proposé aux réseaux régionaux de chambres de métiers –réfléchir aux enjeux de l’artisanat à l’horizon 2006- a permis d’apporter une contribution à un champ d’analyse peu exploré. La principale limite de la démarche, mais qui en fait tout son intérêt, a résidé dans la faiblesse des moyens financiers et humains disponibles. Les travaux devaient produire des résultats dans des délais très courts, et favoriser la participation, égale, de tous, en vue de produire un projet consensuel. Les méthodes et les outils retenus devaient être simples (les responsables de petites entreprises et les artisans ont une culture "de matière et de concret" et la prospective souffre souvent d'une image négative, "fantaisiste", auprès de ces derniers). La démarche proposée devait également avoir un caractère opérationnel, la finalité étant de produire un document programmatique.


Exploiter les enseignements d’une démarche de prospective stratégique originale

Les exigences étaient donc nombreuses, à l'égal des risques de dérives de l'exercice. Dans la mesure où il s'agit d'une application relativement rare de la démarche de prospective stratégique par les "petites organisations" que sont les Chambres de métiers, il nous a paru intéressant d’en tirer les enseignements.
La valorisation de cette expérience se situe sur le champ des pratiques de la prospective stratégique dans un cadre singulier. Il n’y a donc aucune comparaison possible avec des démarches plus structurées, plus longues et plus formelles. Néanmoins, l'expérience est riche, et la réitération de la démarche dans plusieurs régions permet de tirer un certain nombre d’enseignements tant sur le plan méthodologique que sur celui des résultats.
Il ne s'agit pas ici d'un travail d'évaluation, au sens strict de la discipline. L'objectif n'est pas tant de mesurer les résultats que de comprendre les facteurs et les mécanismes qui ont concouru au bon déroulement des travaux.
Dans un premier temps, le cahier relate le déroulement de la démarche dans ses principales étapes. L'objectif est de dresser un bilan critique de l’utilisation de certains outils de prospective stratégique au regard de l’expérimentation qui en a été faite. Dans une deuxième partie, les auteurs tentent de mesurer, à l'aune de cette expérience mais également d’autres initiatives, la valeur ajoutée de tels dispositifs, et les conditions nécessaires à leur reproduction.


Sommaire

INTRODUCTION
1ère PARTIE : A l'épreuve de l'expérimentation : réalisation et déroulement de la démarche
1ère étape : l’exploration prospective pour identifier les principaux enjeux de l’artisanat à l’horizon 2010

1.1 Repérer les facteurs de changement et d’inertie qui vont influencer l’avenir de l’artisanat
1.2 Formuler et hiérarchiser les enjeux qui vont influencer l’avenir de l’artisanat
1.3 Analyser les enjeux de l’artisanat

2ème étape : l’exploration stratégique pour imaginer les pistes d’actions possibles
2.1 Construire une vision d’avenir : les " images du futur " de l’artisanat
2.2 Imaginer et formuler des pistes d'actions
2.3 Classer les pistes d'actions et élaborer la trame du plan d'actions

3ème étape : l’évaluation prospective stratégique pour identifier les pistes d’actions prioritaires
3.1 Analyser les pistes d'actions
3.2 Evaluer et recherche la cohérence entre les actions
3.3 Prendre en compte les marges de manoeuvre



2ème PARTIE : A l’épreuve des résultats : les conditions d’une bonne pratique
1.Produire de nouveaux savoirs pour mieux appréhender la réalité présente et future

1.1 Se doter d’une représentation commune de la réalité pour mieux comprendre l’incertitude et la complexité
1.2 Construire un cadre de référence partagé de l’avenir
1.3 Principales limites
2. S’appuyer sur une ingénierie privilégiant l’appropriation2.1 La recherche d’une bonne articulation entre les séances de travail
2.2 L’atelier : un outil efficace du processus d’appropriation
2.3 Valoriser les travaux des ateliers pour une meilleure appropriation

3. Ancrer les démarches dans des réflexions plus pérennes
3.1 Déterminer ensemble les objectifs recherchés de la démarche
3.2 Elaborer un système commun d’évaluation
3.3 Mieux conjuguer réflexion prospective et dynamique de changement
POUR CONCLURE : PERTINENCE ET APPORT DE CETTE EXPERIENCE