Accueil du site de l'Institut Supérieur des Métiers

Avec le soutien de :

MEIEDGCIS
Retour a l’Accueil > Publications > Ouvrages > Les nouveaux entrepreneurs de l'Artisanat automobile

Ouvrages

Etude automobile

Les nouveaux entrepreneurs de l'Artisanat automobile


Date : Mai 2011 Auteur : ISM Collection : Etudes
Nombre de pages : 88 Prix : Gratuit
Télécharger la lettre
 

L’Institut Supérieur des Métiers vient de rendre publique une étude réalisée sur "les nouveaux entrepreneurs des métiers de la distribution et des services de l’automobile". Cette étude, menée avec le soutien de la Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services a permis, à partir d’un échantillon représentatif de 588 entreprises immatriculées ces trois dernières années, de caractériser les modalités d’installation dans les professions de l’automobile et d’étudier les profils des dirigeants et les caractéristiques de fonctionnement de ces entreprises créées ou reprises.


Les premiers résultats mettent en avant un certain nombre de continuités par rapport aux caractéristiques des précédentes générations de dirigeants, notamment :

  • la prééminence des professionnels et des techniciens "de métier" au sein de la population d’entrepreneurs. La détention de compétences techniques demeure ainsi une première barrière effective à l’installation dans les métiers de la distribution et des services de l’automobile.
  • Le nombre important de créations par reprise (un cas sur deux pour les entreprises avec salariés, 1 cas sur 3 pour l’ensemble des immatriculations) et cela malgré la baisse significative des transmissions familiales.

L’étude met, également, en avant la forte hétérogénéité des modèles économiques d’entreprises créées ou reprises et donc des besoins d’accompagnement. Il existerait, ainsi, 4 modèles distincts d’entrepreneuriat corrélés à la taille des entreprises :

  • les entrepreneurs exerçant seuls (4 cas sur 10) ;
  • les artisans-traditionnels de 1 à 2 salariés (35%) ;
  • les managers plus de 3 salariés (25%) ;
  • les multi-entrepreneurs (un cas sur 10).